Les différentes versions de Windows depuis Windows 2000 et les différences entre celles-ci

 I   Les différentes versions de Windows depuis Windows 2000

Windows est un système d’exploitation essentiellement graphique et facile à utiliser. Depuis Windows 2000, plusieurs autres versions de Windows ont été développées. ces versions sont:

  • Windows 2000
  • Windows XP Edition Tablet PC
  • Windows XP Edition Professional
  • Windows XP Edition Professional N
  • Windows XP Edition Familiale
  • Windows XP Edition Familiale N
  • Windows XP Edition Media Center 2005
  • Windows XPProfessionel Edition x64
  • Windows Vista edition familiale
  • Windows Vista
  • Windows 7 Professionnel
  • Windows 7 Edition Intégrale
  • Windows 7 Edition Familiale Premium
  • Windows 7 Professionnel N
  • Windows 7 Edition Intégrale N
  • Windows 7 Edition Familiale Premium N

 II   Les différences fondamentales entreles versions de Windows

  • Windows XP Édition Familiale
    • Une nouvelle présentation visuelle vous aide à vous acquitter efficacement des tâches les plus courantes.

    • Une nouvelle présentation visuelle vous aide à vous acquitter efficacement des tâches les plus courantes.

    • Une nouvelle présentation visuelle vous aide à vous acquitter efficacement des tâches les plus courantes.

    • Un lecteur tout en un vous permet de découvrir, télécharger, stocker et lire la musique numérique de grande qualité.

    • Tout ce dont vous avez besoin pour créer, partager et apprécier des vidéos sur votre PC.

    • Des outils simples vous aident à partager un ordinateur et à créer un réseau domestique.

    • Un outil de communication de pointe favorisant la messagerie instantanée, les conversations audio ou vidéo et la collaboration.

    • Des outils permettant de remédier aux problèmes ou de vous faire assister d’un expert.

    • Un système d’exploitation fiable, sûr et digne de confiance qui garantit le bon fonctionnement de votre système.

  • Windows XP Professionnel
    • Tous leséléments de Windows XP Edition Familiale.
    • Tout ce dont vous avez besoin pour travailler hors connexion ou accéder à distance à votre ordinateur.
    • Une prise en charge totale de systèmes multiprocesseurs très performants.

    • Une compatibilité avec les serveurs Microsoft Windows et les solutions de gestion.
    • Une communication efficace dans le monde entier dans la langue de votre choix.
  • Windows XP Édition 64-bits
    • Éléments de base de Windows XP Professionnel, plus :
    • Des performances et une évolutivité exceptionnelles pour les fonctions informatiques techniques les plus exigeantes.

    • Un processeur de la famille Intel Itanium augmente la capacité mémoire, accélère les accès mémoire e/s et accroît la puissance de calcul en virgule flottante.

    • Une plate-forme de choix pour la création de contenu numérique sophistiqué.

    • Une excellente plate-forme pour la conception mécanique assistée par ordinateur et l’analyse.
    • Une plate-forme exceptionnelle pour l’analyse financière et l’analyse des données.
   
   
   
   
   
Publié dans : Devoirs | le 5 mars, 2010 |Pas de Commentaires »

EXAMENS DU PREMIER SEMESTRE 2009/2010

Les examens du premiers semestre qui étaient prévues du 05 au 17 Février 2010 pour les niveaux I, II et IV ont bel et bien eu lieu. En outre, pour ce qui est du niveau 4 de la filière Informatique, elle ont eu lieu les 05, 09 et 13 févier 2010. Le 05 Février se sont déroulées les épreuves de EDI411, EDI413 et IN401, de 7H30 à 17H30, chaque épreuve ayant eu une durée de 3H et 30mn de pose entre les épreuves. Le 09 Février se sont déroulées les épreuves de IN403, IN405 et SE451 de 7H30 à 17H30, chaque épreuve ayant eu une durée de 3H et 30mn de pose entre les épreuves. Enfin le 13 Février se sont déroulées les épreuves de MA453 et MA405 de 7H30 à 14H30.

Publié dans : Actualités | le 18 février, 2010 |Pas de Commentaires »

Actus de la semaine du 16 Novembre 2009

Cette semaine a commencée normalement. Nous avons fais cours le Lundi et le Mardi comme le programme le prévoyait. Par contre Mercredi, une note du Directeur est sortie annonçant l’usage des locaux de l’ENS pour la 11ème commission scientifiquesd’évaluation les 18, 19, et 20 Novembre. Pour cette raison les cours ont subi quelques perturbations. En outre, la cérémonie de remise solennelle des diplômes au élèves professeurs de la 48ème promotion a eu lieu le Vendredi 20 Novembre au palais des sports.

Publié dans : Actualités | le 23 novembre, 2009 |Pas de Commentaires »

Ma première semaine à l’ENS

Les cours ont effectivement débutés en 4ème année d’informatique à l’ENS le lundi 12 Octobre 2009. En cette date, je suis arrivée à l’école à 7h00 puisque j’avais cours à 7h30 avec Mr ZOBO qui est arrivé et a fait la prise de contact tout en nous présentant en gros et de manière très simple quel sera le contenu de son cours (théorie des catégories). Après celà c’est-à-dire à 9h30, Le chef de département en la personne de Mr FOUDA s’est présenté à nous et nous a entretenu sur les objectifs de notre formation à l’ENS après quoi il nous a fait comprendre que cette semaine sera prise pour les travaux pratiques de remise à niveau.Cest alors le matin de 9h00 à 12h00élèves de TIC étaient entretenus au laboratoire par Mr PRISO et nous (élèves de FOND) se retrouvaient de 1400 à 17h00 au loboratoire sous la supervision de Mr PRISO. Nous avons pendant ces séances de travail appris à manipuler le logiciel Microsoft office (Word et Excel).

Publié dans : Devoirs | le 3 novembre, 2009 |Pas de Commentaires »

les pleurs que crée le plagiat

La fin de formation pour les élèves professeurs du DITE de l’école normale supérieure de Yaoundé (ENS) s’est fait avec des cris et des grincements de dents. Ils sont nombreux au DITE à vouloir déposer leur mémoire de fin de formation mais la question qui demeure est celle de savoir si les étapes ont été franchies pour le dit dépôt.

Le livrable et le mémoire doivent être conjointement donnés et à cela s’ajoute une grosse série de questions contenue dans un document appelé « check list ». Ce n’est pas le plus difficile car en réalité, il faudra traverser la barrière installée par un piégeur appelé « Stop au plagiat ».

Pour déposer donc les documents suscités, il faudra avoir son résultat de plagiat qui est évalué en terme de pourcentage. En effet le pourcentage pour lequel les documents peuvent être déposés doit être inférieur à 5%. Quelle n’eut pas été  tout d’abord la consternation des étudiants du DITE, puis leur tristesse et enfin des pleurs. ce fut une sorte de « cycle de deuil » car peu de temps après chacun prit acte de la situation et mit résolument au travail.

Pourvu que le seigneur permette à la promotion de ne pas voir certains de ses enfants dépaysés, laissés à la traine ou encore renvoyer en septembre: mois fatidique pour nous toussssssssssssss!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Publié dans : Actualités | le 14 juin, 2011 |Pas de Commentaires »

LA ROUTE DU SUCCES

La route du succès n’est pas droite.
Il y a une courbe appelée Chute,

Un rond-point appelé Confusion,

Des casse-vitesse appelés Amis,

Des feux rouges appelés Ennemis,

Des voyants d’alarme appelés Famille.

Vous aurez des pannes appelées Job.

Mais, si vous avez des pièces de rechange
appelées Détermination,

Un moteur appelé Persévérance,

Une assurance appelée Foi,

Un conducteur appelé Jésus,

Cette route vous fera arriver à un endroit
appelé Succès


Passez ceci à dix personnes que vous voulez
voir bénies.

Une fois de plus soyez bénis

Publié dans : Actualités | le 7 juin, 2011 |Pas de Commentaires »

Pocessus de consolidation

INTRODUCTION

 

Résoudre les problèmes complexes a toujours  été l’apanage de l’être humain. Ainsi, « l’évolution du monde » est passée par des découvertes et des inventions extraordinaires. Autrefois, c’était  le feu,  l’écriture, ensuite ce fut l’électricité, la poste, le télégraphe, le téléphone, l’ordinateur…Aujourd’hui on parle des TIC. Bref, le monde est en perpétuel changement.

 Les TIC, qui sont l’abréviation de Technologies de l’Information et de la Communication (dans notre devoir nous utiliserons « TIC »). Comme les précédentes  inventions et découvertes, elles ne sont pas de reste dans le désir des hommes de résoudre les problèmes. Toutefois, si avant celles-ci (TIC), les « exploits » c’est-à-dire les inventions et les découvertes étaient le partage des « génies », avec les TIC, on peut développer en tout un chacun, dans divers domaines, la capacité à résoudre les problèmes bien  complexes. La question qui se pose ici est de savoir comment on  peut utiliser les TIC pour développer les compétences afin de  résoudre les problèmes complexes. Pour répondre à cette question, nous avons estimé judicieux de  circonscrire les domaines dans lesquels nous pourrons illustrer cette grande capacité  des TIC .Il est bien entendu ici,  que, les domaines où l’on peut expérimenter la  puissance de développement des TIC, sont à nos jours innombrables. Toutefois, pour être plus réaliste dans notre  illustration des « vertus » des TIC  dans l’acquisition des compétences, nous avons particulièrement pensé au domaine de l’éducation particulièrement avec la  question  de l’enseignement classique qui s’avère inadapté ; la  continuité des études au niveau supérieur, le problème de la démotivation. Toutefois, avant d’entrer dans le vif des  domaines ci- cités, nous allons nécessairement définir les  notions de « développer des compétences » et de « problème complexe ».Qu’entend-on par ces expressions?

 

I-                   Définition des termes

 

1-Qu’est-ce que développer une compétence ?

 

Développer une compétence c’est être compétent en un domaine ; « c’est savoir quand et comment une connaissance devient utile pour résoudre un problème. » Développer des compétences, c’est non seulement acquérir des connaissances, mais aussi les comprendre suffisamment pour les utiliser au moment opportun. L’acquisition des connaissances n’est donc plus le maître mot de nos jours comme l’ont prônées les philosophies éducatives de plusieurs pays africains ; mais de  rendre compétents un plus grand nombre pour leur ouvrir de meilleures chances d’emploi, pour les aider à développer, initiative, sens critique et créativité. Or, il ne serait pas osé de dire qu’avec les TIC le développement des habilités intellectuelles des apprenants est garanti. Les TIC ont, d’après des recherches sur le sujet, le pouvoir de stimuler la capacité de raisonner, de résoudre des problèmes, d’apprendre à apprendre ou de créer ou de faire des recherches et ceci dans plusieurs domaines (mathématiques, langues, sciences de la vie et de la terre, sciences physiques, etc.) (Newman, 1994 ; Semel, 1992 ; Padron et Waxman, 1996 ; Baron et Goldman, 1994), Le cas de l’enseignement en ligne en est très illustratif.

 

Dans l’APP, l’apprentissage trouve sa source dans la résolution de problèmes complexes semblables à ceux rencontrés dans la vie réelle quotidienne ou professionnelle. On peut alors  se demander ce qu’est un problème complexe. Mais tout d’abord, qu’est-ce donc qu’un problème ?

Qu’est-ce qu’un problème?

Le Dictionnaire actuel de l’éducation (Réginald Legendre, 2000) définit le problème ainsi : «Situation préoccupante à laquelle est confronté un individu ou un groupe, et dont la modification présente un niveau certain de difficulté. Nécessité de réduire ou d’éliminer la différence entre ce qui est et ce qui est requis.»

Selon Larousse, un problème est une question à résoudre soit par des  procédés scientifiques  à l’exemple d’un problème de géométrie. Une autre définition du mot problème slon ce même dictionnaire , est : « Tout ce qui est difficile à expliquer ou à résoudre.  »

Dans le passé, et encore un peu aujourd’hui, le terme problème a été souvent confondu avec la résolution d’exercices répétitifs, demandant la plupart du temps l’application à plusieurs reprises de règles et de connaissances déjà vues ou connues. Dans l’apprentissage par problèmes, une situation-problème est vue comme l’amorce, le déclencheur d’un processus de recherche et de questionnement. Ce qui constitue un « problème » dans la situation devra être défini par les élèves. Ici, il s’agit donc de construction du problème, tel qu’il peut être perçu par diverses personnes, puisqu’il n’est pas donné au départ dans la situation-problème. Le problème ne peut être résolu par l’application systématique de règles déterminées ou d’une démarche déjà acquise. Les élèves devront donc élaborer leur propre stratégie ou procédure afin de résoudre le problème.

Qu’est-ce qu’un problème complexe?

Pour définir le problème complexe, il peut être utile d’en comparer les caractéristiques avec celles d’un problème simple.

Un problème peut être considéré comme simple si l’ensemble des éléments nécessaires à sa résolution sont connus ou accessibles. Même s’il s’agit d’une situation nouvelle, le problème peut être résolu par une procédure systématique ou l’application de règles déjà connues. La solution est unique, non équivoque et vérifiable.

En contraste, dans un problème complexe, les informations peuvent être incomplètes, imprécises et contradictoires. Un problème complexe oblige à prendre en compte plusieurs aspects ou schèmes de référence à la fois (social, économique, psychologique, éthique, culturel, scientifique, politique, etc.) et différentes représentations du problème peuvent être définies selon les présupposés, informations et opinions considérés. Aucune procédure ou technique analytique spécifique ne permet d’arriver à une solution unique et non équivoque. Ainsi, plusieurs solutions sont possibles et des critères sont à déterminer afin de juger la pertinence et la valeur d’une solution à la lumière de notre connaissance actuelle de la question. Bien entendu, un problème n’est pas complexe en soi, il est reconnu comme tel par la personne qui y est confrontée. De même, bien qu’il soit complexe, un problème peut varier en ce qui a trait au niveau de difficulté qu’il peut représenter pour un individu. Donc, ce qui est problème pour X peut ne pas l’être pour Y. Ainsi dans une classe du secondaire par exemple, l’ensemble de la classe est à considérer autant que chaque individu c’est-à-dire chaque élève.

Dans l’exposé  qui est le notre, nous avons repéré trois situations  problème qui peuvent être considérés comme étant des problèmes complexes et dont la solution peut se trouver dans les outils TIC. Nous avons donc, le problème de la démotivation des élèves ou des étudiants, le problème de la continuité des études supérieures ou des études en parallèle,

 

La motivation

 

Mucchielli (1830 ) considère la motivation comme l’ensemble des déterminants irrationnels des conduites humaines : les émotions, les sentiments, les intérêts, les croyances, les complexes personnels, les conditionnements et habitudes, les fantasmes et représentations imaginaires etc.

 

           

 

L’enseignement en ligne

 

L’avènement des TIC a permis de révolutionner, non seulement, l’approche pédagogique, économique et géographique de la formation en général, mais également l’enseignement à distance. L’apprentissage total ou partiel en ligne offre une multitude de possibilités nouvelles, en particulier aux filières limitées par des contraintes diverses telles l’insuffisance des  moyens financiers pour atteindre les pays concernés ; l’inexistence de certaines filières dans les pays d’origine .Certes, le succès d’un’ projet de formation en ligne est fortement conditionné par une bonne connaissance de quelques outils techniques, toutefois cela reste un bien moindre problème que d’acquérir un enseignement inespéré

Publié dans : Actualités | le 27 mai, 2011 |Pas de Commentaires »

COMMENT AMMENER LES ELEVES QUI N’AIMENT PAS LES DEVOIRS A FAIRE LES DEVOIRS ?

Nous répondons tout simplement qu’il faut que l’élève soit motivé il faut créer une motivation (Du point de vu  psychologique, elle correspond aux forces qui  entrainent des comportements orientés vers un objectif, force qui  permet de maintenir ces comportements jusqu’à ce que l’objectif soit atteint. En ce sens, la motivation procure l’énergie nécessaire à une personne pour agir dans son milieu) pour qu’il puisse faire ses devoirs les prochaines fois, car La motivation procure trois (3) caractéristiques à toute conduite : la  force, la direction et la persistance. En effet, toute conduite est orientée vers un but (direction) auquel la personne attribue une certaine valeur. Cette dernière dépend à la fois de la vitalité du besoin dont elle est issue et la valeur sociale à laquelle l’objet du comportement  est associé. L’intensité de la force et la persistance de l’action dénote la valeur qu’attribue la personne à l’objectif qu’elle poursuit ou mieux l’intérêt que représente la finalité du comportement pour la personne.           

Donc si nous parvenons a faire comprendre a l’élève que c’est en faisant ses devoirs qu’il sera très respectable parmi ses amis et sera pris en considération particulière par ses enseignants, et  qui demain ne souffrira pas, aura tous ce qu’il voudra ,nous pensons que cela peut modifier son comportement et pour un début nos pouvons les encourager en demandant a la salle de classe d’applaudir pour les élèves qui ont fait leur devoirs, soit alors en leur donnant des bonus pour ceux qui ont fait et en promettant d’en donner a ceux qui feront pour la prochaine fois leur exercices.

JUSTIFIONS NOTRE METHODE DONNONS UNE EXPLICATION?

 

L’élève doit percevoir la valeur de faire ses exercices.

La valeur que l’on accorde à une activité influence de façon directe notre désir de s’y adonner. L’élève développera sa propre perception de la valeur d’une activité à partir de deux éléments : l’utilité de l’activité et le type de but visé.

·         l’utilité d’une activité.

Une personne n’est pas motivée à s’engager dans un  quelconque projet si elle le juge inutile et non pertinent. Une étudiante ou un étudiant qui ne voit pas de lien entre le cours qu’on l’oblige à suivre et la profession qu’il exercera, ne sera pas intéressé à y investir temps et énergie.  On s’engage rarement dans une activité pour le simple plaisir de le faire.  On finit toujours par se demander qu’est-ce que ça peut nous rapporter.

·         le type de but visé.

Il faut juste voir si l’élève s’est bien orienté .Est ce que la discipline qu’il fait ou la série qu’il a choisie correspond réellement a ses compétences ? a ce qu’il aime ?

 

Théorie de Maslow

 

Nous nous appuyons sur La théorie d’Abraham Maslow qui est une des plus célèbres theorie dans le domaine des motivations et des besoins de l’Homme. Elle propose une conception systématique des besoins de l’homme au travail et hiérarchise différents niveaux selon une pyramide. Maslow pense que les conduites humaines sont dictées par la satisfaction des besoins donc l’eleve doiot pouvoir voir dans la réalisation de ses exercices la satisfaction d’un de ses besoins ; l’homme est donc  instinctif,  biologique et  fondamental. Cinq (5) groupes de besoins sont distingués :

  Les besoins physiologiques : le gite, le couvert et la survie

  Le besoin de sécurité

  Les besoins sociaux : tel qu’avoir des amis

  Le besoin d’estime

  Le besoin de se réaliser, de devenir tout ce qu’on est capable d’être.

 Tout comportement est déterminé par la recherche de satisfaction concernant un des

besoins fondamentaux. La recherche des besoins est hiérarchisée.

 Elle nous dit qu’elles besoins peuvent être à la base d’un comportement.

Cette théorie hiérarchise les besoins, et dit que plus on « monte » de niveau, et plus la

motivation est importante. Nous comprenons donc qu’applaudir pour un élève qui a fait ses exercices satisfait ses besoins d’estime qui est fort au dessus de la pyramide. Lui donner des points comme bonus satisfait son besoin de sécurité il a l’assurance qu’il va réussir il ne va pas redoubler la classe.

Publié dans : Actualités | le 27 mai, 2011 |Pas de Commentaires »

APPORT POSSIBLE DES TIC DANS L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE

Les pouvoirs publiques ont trouvé judicieux d’introduire les TIC dans le système éducatif, vu le fort potentiel des TIC confirmé par la plupart des recherches. Ainsi il y’a de nombreux avantages qu’on peut tirer des TIC, pour résoudre plusieurs problèmes dans l’enseignement. Nous esquissons quelques pistes d’intervention des TIC. En effet, les TIC peuvent permettre :

 

a)      le renforcement des capacités en offre éducative de qualité. Les TIC peuvent grâce à  l’enseignement à distance, augmenter les capacités d’accueil des établissements scolaires. Grâce à l’EAO (enseignement Assisté par Ordinateur), permettre un soutient personnalisé pour chaque apprenant, c’est-à-dire les TIC permettent une pédagogie différenciée. Grâce maintenant aux instruments technologique, les TIC peuvent permettre de faire des présentation de cours de qualité. Ainsi, l’apprenant entend au même moment qu’il voit ce qui permet certainement une meilleure rétention (Kulik et Al., 1985 ; Herman, 1994).

 

b)      L’amélioration de la qualité de l’apprentissage par la diversification qualitative et quantitative du matériel d’apprentissage. On note alors le développement des habilités intellectuelles des apprenants, c’est-à-dire, les TIC ont, d’après des recherches sur le sujet, le pouvoir de stimuler la capacité de raisonner, de résoudre des problèmes, d’apprendre à apprendre ou de créer ou de faire des recherches et ceci dans plusieurs domaines (mathématiques, langues, sciences de la vie et de la terre, sciences physiques, etc.) (Newman, 1994 ; Semel, 1992 ; Padron et Waxman, 1996 ; Baron et Goldman, 1994),

 

c)      L’amélioration de la qualité de l’enseignement. Les TIC permettent à l’enseignant de mieux planifier ces enseignements, les préparer, les dispenser, d’intervenir pour chaque élève et d’évaluer aisément par la mise à la disposition des enseignants, de toutes sortes de ressources didactiques efficaces. Ici, Ce sont les masses énormes d’informations contenues dans les supports informatiques qui entrent en jeu. L’enseignement a maintenant la possibilité, mieux qu’à la bibliothèque, d’accéder directement à n’importe quelle ressource et ce en quelques secondes. Ceci lui permet alors de faire des cours de qualité, car diversifiés et riches.

 

d)      De plus, partant des effectifs qui augmentent dans les écoles normales, il y’a certainement une moins bonne prise en charge des élèves-professeurs. Ils sortent donc souvent de l’école normale avec des lacunes évidentes. Mais ce problème peut être résolu avec les TIC et la volonté de l’enseignant. En effet, L’accès à des ouvrages traitant de pédagogie et de didactique (des auteurs renommée)  est facilement accessible, l’enseignant peut les lire et appliquer les recommandations avec les élèves. En plus de cela, la fonction même de l’enseignant s’en trouve facilitée et allégée grâce à un matériel didactique qui peut à certains moment remplacer l’enseignant. Il devient pour ses élèves un expert, un guide. Enfin l’évaluation des apprentissages s’en trouve améliorée grâce à la variété des sujets d’évaluations disponibles sur Internet d’une part et l’organisation, l’analyse ou la restitution des résultats de ces évaluations d’autre part. (Scardamalia et Al., 1994 ; Shiengold et Frederiksen, 1994 ; Cavendish et Lawson, 1996).

 

e)      La facilitation de la formation professionnelle et continue par l’accès facile aux ressources pédagogiques via les nombreuses plateformes d’apprentissage en ligne. Ainsi, le fait que les enseignants soient pris par leur travail, et au vu du nombre faible des enseignants au Cameroun, les enseignants n’arrivent pas toujours à améliorer leur niveau de connaissance du fait qu’une poursuite des études devient très problématique. Avec les TIC, les enseignants pourront s’inscrire en ligne dans les plus grandes universités du monde et de poursuivre ainsi leur parcours académique. Les bénéficiaires seront certainement encore les apprenants.

 

f)        L’amélioration des politiques de gestions grâce aux outils spécialisés et à la mise en place de systèmes d’informations. En effet, les Système d’informations permettent de gérer efficacement la plupart des organisations (administratives ou financières).  Les TIC ont ainsi pu s’intégrer dans la plupart des secteurs de la vie moderne. L’école étant en l’occurrence une organisation qui traite des problèmes d’ordre administratif financier, il y’a donc toutes les raisons que ces activités s’en trouvent améliorer comme partout ailleurs.

 

g)      L’amélioration des échanges divers par le développement des outils de télécommunication de plus en plus moins cher, mais aussi performants, etc. Grâce aux outils de communication et à Internet, les TIC permettent les échanges comme jamais auparavant : entre élèves, entre enseignants, entre personnels administratifs, entre enseignants et élèves, entre chercheurs etc. Cette collaboration est essentielle pour la bonne conduite d’un projet global d’éducation pour tous (Newman, 1994 ; Lafer et Markert, 1994 ; Brownell et MacArthur ; McLellan, 1994).

 

Les TIC peuvent donc nécessairement beaucoup apporter à l’enseignement en général, dans l’enseignement de la comptabilité en particulier.

 

Publié dans : Actualités | le 27 mai, 2011 |Pas de Commentaires »

Evaluation pratique des tecnopédagogue de la 3ème promotion de l’ENS de Yaoundé

Les examens de stage pratique des élèves professeurs du DITE-ENS de yaoundé sont programmés de la semaine du 11 Avril 20011 au 25 Avril 2001. Cette évaluation est individuelle et se déroule en deux phases (théorique et pratique).

Publié dans : Actualités | le 13 avril, 2011 |Pas de Commentaires »

Informatique aux examens officiels au Cameroun

Enfin on sonne la fin de la récréation! Désormais l’informatique est obligatoire aux examens officiels  et il existe une filière Tecnologie de l’Information (TI) par larr^té N° 37/11/MINESEC/GE/IP-INFO du 21 février 2001 portant organisation de l’épreuve d’informatique aux examens officiels de l’enseignement secondaire et  l’Arrêté N°25/11/MINESEC/CAB/DU du 13 janvier 20011 portant création de la série Technologie de l’information dans l’enseignement secondaire général, respectivement.

 

Publié dans : Actualités | le 10 avril, 2011 |Pas de Commentaires »

Fiche de déoulement ou de préparation d’une lecçon

Vous verrez dans le fichier joint à cet article la fiche de déroulement d’une leçon portant sur la saisie et la mise en forme d’un texte sur Microsoft Office Word 2003. Cette fiche inclue les contenu d’enseignement et la leçon se déroule en deux (2) heures.

 

Fiche de déoulement ou de préparation d'une lecçon dans Devoirs doc fichederoulement2nd.doc

Publié dans : Devoirs | le 10 avril, 2011 |Pas de Commentaires »

Le système éducatif camerounais

Le système éducatif camerounais est régi par la loi n° 98/004 du 14 Avril 1998 d’orientation de l’éducation au Cameroun. Selon l’Article 15 de la dite loi, le système éducatif camerounais est subdivisé en deux sous-systèmes : le sous-système anglophone et le sous-système francophone. Les Articles 16 et 17 organisent ces sous-systèmes en cycles et filières ainsi qu’il suit : le préscolaire, le primaire, le post primaire, le secondaire et le normal.

* L’enseignement maternel d’une durée de deux (2) ans ;
* L’enseignement primaire d’une durée de six (6) ans ;
* L’enseignement secondaire d’une durée de sept (7) ans ;
* L’enseignement post-primaire d’une durée de deux (2) ans ;
* L’enseignement normal d’une durée de deux (2) à trois (3) ans ;

Ces Articles 16 et 17 organisent l’enseignement secondaire en deux cycles dont le premier dure cinq (5) ans et le second deux (2) ans. Cette organisation n’est pour le moment appliquée que dans le sous-système anglophone. L’enseignement secondaire dans le sous-système francophone comprend un premier cycle qui dure quatre (4) ans et un second qui dure trois (3) ans. La mise en application de la loi d’orientation de 1998 permettra l’harmonisation de la durée des cycles dans les deux sous-systèmes.

Le premier cycle secondaire général anglophone est sanctionné par le « General Certificate of Education Ordinary Level (GCE O/L) » et par le BEPC dans le sous-système francophone. Le second cycle est sanctionné par le « General Certificate of Education Advanced Level (GCE A/L) » dans le sous-système anglophone et par le Baccalauréat dans le système francophone.

La classe de cinquième (5e) fait partie du premier cycle de l’enseignement secondaire général. Il s’agit du niveau II du sous-cycle d’observation. Elle est l’équivalent de « Form 2 » dans le sous système anglophone et est aussi sous-entendu « deuxième (2e) année » dans l’enseignement secondaire technique. Bref l’accès à ce niveau d’étude se fait après un an d’étude réussie en première année du premier cycle (classe de sixième (6e)).

Les élèves ne sont pas bien adaptés à l’enseignement secondaire. La tranche d’âge des élèves de 5e est située entre 13 et 16 ans. D’après Wallon et S. Freud dans les stades de développement de l’enfant, c’est l’âge de la puberté ; c’est-à-dire la période pendant laquelle

l’enfant est désorienté vis-à-vis de lui-même ; on peut remarquer également un trouble de comportement chez celui-ci avec des crises de haine.
Ainsi, l’enseignant doit adapter des apprentissages appropriés pour éviter de brutaliser les élèves, de les décourager et, il devra communiquer (par interaction) avec ceux-ci pour éviter de les isoler davantage.

Publié dans : Actualités | le 2 avril, 2011 |Pas de Commentaires »

Systèmes d’informations

Voici un document qui vous donne l’analyse et la conception du système d’information d’un lycée du Cameroun.

 

Systèmes d'informations dans Devoirs doc sifinal.doc

Publié dans : Devoirs | le 28 mars, 2011 |Pas de Commentaires »
1234

le blog de Joseph Bamal |
chokapik |
LYCEE SOMBAT EL-HAMMA TUN... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | technologie insolite.
| Le Français au Cycle Primaire
| progeek